Salam world,

Pour être heureux, il faut apprendre à être heureux seul. Heureux du don de la vie et de la grâce de retrouver le souffle de vie chaque matin au réveil. Heureux d’avoir la foi et la soumission, piliers des religions monothéistes. Heureux d’appartenir à une communauté et de pouvoir donner et recevoir.

Cet épanouissement auto-centré n’est nullement incompatible avec une vie de famille. La vie de couple intervient alors comme le summum du don de soi. Accepter de faire des concessions. Se rendre disponible pour l’autre. Accompagner, aider, soutenir, supporter, aimer … Sans rien attendre d’autre que la satisfaction de s’épanouir individuellement.

Apprenons à être heureux. Apprenons à être heureux en famille. Apprenons à être heureux en communauté.

Anecdote de famille.
J’ai observé lors d’une de nos ballades matinales mon petit frère ranger des dizaines de bouteilles en plastique dans la voiture. Puis garer à un carrefour. Descendre de la voiture. Traverser la route. Puis les ranger dans le box d’une vieille dame qui les utilise pour son commerce ou les revend pour se faire un peu d’argent. C’est un modèle d’épanouissement qui illustre bien notre rôle et notre relation avec le monde extérieur. Être heureux de faire plaisir, d’aider, d’accompagner et de soutenir dans rien attendre en retour. Parce que donner est aussi agréable que recevoir. Et que quiconque cultive la paix du cœur reçoit la lumière de l’âme.

Que DIEU veille sur chacun d’entre nous et nous accorde la guidance nécessaire pour nous épanouir tout au long de notre vie.

Bon vendredi de prière à tous.

* Texte pris sur le mur Facebook de l’activiste ivoirien Diaby Mohamed

Laissez un commentaire