Dame de fer. Femme courage. Bonne mère de famille, d’une générosité à nulle autre pareille. Femme battante. Épouse du deuxième Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM Henri Konan Bédié, elle, c’est évidement la présidente de l’ONG «Servir»: Henriette Bomo Bédié qui a accepté de s’ouvrir pour la première fois à votre magazine BLAMO’O.

Elle se dévoile, se souvient, conseille, revenant par moments sur son parcours exceptionnel de femme phénoménale. Tout y passe. De sa vie de famille à son actuel combat contre la maladie des reins, en passant par son parcours scolaire, son mariage, son soutien à son époux dans son action politique, la longévité de leur couple, sa complicité avec sa progéniture (4 enfants), son action dans l’humanitaire, sa générosité à l’endroit des populations défavorisées…
Reconnaissant n’avoir pas fait de la politique en tant que tel, mais d’avoir plutôt soutenu son époux de Président dans son action, l’ex-Première Dame recommande, donnant des conseils aux femmes et jeunes filles, de rechercher l’excellence : «Travailler, y croire et se battre pour se réaliser et réussir. C’est à ce prix quelles se feront une place dans ce monde». Mariée depuis 6 décennies, elle révèle que les secrets de la longévité de son union avec le Président du PDCI sont : l’amour, l’engagement auprès de son homme, le soutien, la patience, le compromis, l’amitié, les enfants, le partage de nombreux moments, de nombreux souvenirs… Autant de choses, estime-t-elle, qui permettent de traverser les périodes difficiles qui peuvent subvenir.

Très engagée dans la construction d’un hôpital pour les malades des reins à travers sa fondation, la dame au grand cœur précise que cet établissement de dialyse et de greffe des reins installé dans la commune d’Attécoubé sera inauguré avant la fin de l’année en cours. «C’est mon combat, celui de la lutte contre l’insuffisance rénale. Ma contribution est de mettre à la disposition des populations des structures suffisantes et adéquates, ainsi qu’une solution curative de greffe rénale», indique-t-elle. Cet entretien est une véritable leçon de vie. Et vous avez dit Madame Servir? Moi je dis notre Biche Royale… À déguster.

Bonne fête maman Henriette, Bonne fête à toutes les mamans d’Afrique.

Laissez un commentaire