On en parle peu, mais, cela fait déjà des décennies que cette Journée Internationale de la Femme AFRICAINE existe.

Elle a été promulguée officiellement par l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) le 31 juillet 1962. À cette occasion, des femmes de tout le continent africain se sont réunies à Dar Es Salam (Tanzanie) et ont créé la première organisation de femmes du continent : La Conférence des Femmes Africaines (CFA).

Cette journée, beaucoup moins célébrée que la journée internationale de la femme, devrait être un moment de plus de réflexion pour faire le point de ce que la femme africaine se doit de poursuivre le combat que plusieurs ont porté avant elle, pour nous permettre d’être aujourd’hui des femmes qui exercent leurs droits. Le droit de disposer de son corps, le droit de voter, le droit de réaliser ses passions. Cela semble bien facile, dit ainsi et pourtant,quelle population féminine y accède réellement ?

Vous découvrirez, dans ce numéro, des passionnées de leur temps, qui n’hésitent pas, elles, à contribuer en réalisant leurs passions. Elles n’hésitent pas à aller à la conquête de secteurs économiques très concurrentiels pour titiller de grands acteurs internationaux. Des femmes africaines passionnées de modes, de cuisine, de sport, de fitness, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Gabon, etc.

Ces femmes continuent, à leur façon, le combat du leadership et de l’autonomisation de la femme, réalisant et entraînant avec elle des changements majeurs sur le continent. Rejoignez-les, sortez de votre discrétion, ma foi trop accentuée pour que les femmes bénéficient de vos expériences.

Bien plus, mobilisons nos forces et nos ressources car plus que jamais, les femmes ont besoin de l’action les unes des autres pour progresser. Du chemin a été certes parcouru mais, il reste encore beaucoup à faire !

AFIPiennement votre,

Laissez un commentaire